Bonne nouvelle : La presse écrite canadienne atteint de nouveaux sommets

La septième étude annuelle Les journaux : partout et en tout temps confirme que 88 % des adultes canadiens lisent un journal chaque semaine — le pourcentage le plus élevé depuis la première édition de l'étude en 2012.

Alors que le débat continue sur l'état des médias canadiens, la septième étude annuelle Les journaux : partout et en tout temps (une étude annuelle sur le lectorat des journaux canadiens menée par Totum Research pour le compte de Médias d'info Canada) indique que le lectorat des journaux canadiens atteint les plus hauts sommets. Selon l'étude effectuée en février dernier, 88 % des adultes canadiens lisent un journal, toutes plateformes confondues, au moins une fois par semaine, ce qui représente une hausse de trois pour cent sur l'étude initiale menée en 2012.

« Dans le contexte d'un niveau de méfiance accru à l'échelle mondiale, nous pouvons constater une affinité manifeste et continue pour la fiabilité de la presse écrite, affirme Bob Cox, président du conseil de Médias d'info Canada. Dans leur version imprimée comme dans l'édition numérique, les journaux demeurent la source de premier choix pour obtenir des nouvelles indépendantes qui inspirent la confiance. »

Le lectorat des journaux numériques, comme on pouvait s'y attendre, continue de croitre chaque année. L’étude 2019 révèle que 83 % des lecteurs de journaux trouvent au moins une partie du contenu de leur journal en ligne. Curieusement, la majorité de ces lecteurs lisent ce contenu numérique en surplus, et non en remplacement de celui de leur journal imprimé. Au total, 52 % des adultes lisent le contenu du journal en version imprimée et en ligne.

« L'étude de cette année démontre clairement que les versions imprimée et numérique du journal jouent un rôle unique et distinct dans la vie des Canadiens et Canadiennes, ajoute Claude Heimann, président de Totum Research. Par exemple, on remarque que les gens aiment démarrer leur journée en lisant les reportages exhaustifs et approfondis de leur journal imprimé, puis demeurent au fait des développements par le biais de sa version numérique au cours de la journée. »

Le rapport confirme qu'en majeure partie, la lecture des journaux imprimés se produit en début de journée, alors que la lecture sur plateforme numérique est plus constante du matin au soir.

Enfin, l'étude a examiné de façon plus précise les habitudes de lecture des Canadiens et Canadiennes plus jeunes. Et bien qu'on accuse les milléniaux d'avoir causé la disparition de nombreuses traditions, de la mayonnaise aux magasins à rayons, les journaux semblent avoir été épargnés. En effet, 88 % des milléniaux lisent un journal au moins une fois par semaine, le téléphone mobile étant la plateforme la plus populaire auprès de ce segment de la population.

Pour en apprendre davantage sur l'étude Les journaux : partout et en tout temps, veuillez visiter www.mediasdinfo.ca.

 


L'étude Les journaux : partout et en tout temps a été menée en février 2019 à l'aide d'un sondage en ligne auprès de 800 répondants canadiens. La marge d'erreur est de ±3,5 % à un niveau de confiance de 95 %.